Nouveau plus bas historique pour l’OAT TEC 10

Début juillet 2016, le taux de l’OAT TEC 10 a atteint son plus bas historique.

C’était il y a un peu plus d’un an, en avril 2015, que le taux sans risque français était descendu au précédent plus bas de son histoire, à 0,33%, du fait des politiques accommodantes des banques centrales (voir L’OAT TEC 10 à son plus bas historique). Il s’était ensuite repris, remontant jusqu’à 1,34%, deux mois plus tard en juin 2015.

Depuis cette date, le taux à 10 ans français est en repli quasi-continu dans un mouvement généralisé de baisse des taux des obligations d’État. Le 23 juin, le jour du vote sur le Brexit au Royaume-Uni, le taux du TEC 10 s’affichaient à 0,42%. Il s’est depuis effondré.

Lundi 11 juillet 2016, l’OAT TEC 10 s’est donc établi à 0,11%, son nouveau plus bas historique.

Historique de la baisse de l’OAT TEC 10

Historique OAT TEC 10

Une baisse mondiale des obligations d’État

La France n’est pas le seul pays à profiter de taux longs extrêmement bas. Le bund 10 ans allemand navigue même en territoire négatif à -0,16% le 11 juillet.

Malgré le Brexit, le gilt 10 ans anglais perd 64 points de base entre le 23 juin et le 11 juillet pour s’établir à 0,85%, son plus bas historique.

Depuis le Brexit le bono 10 ans espagnol perd 29 points de base à 1,11%, le BTP 10 ans italien cède 20 points de base à 1,15%. De l’autre côté de l’Atlantique le bond 10 ans américain lâche également 35 points de base à 1,34% le 11 juillet.

Enfin de l’autre côté du globe, le JPN 10 ans japonais atteint un nouveau plus bas historique à -0,28% à la date du 11 juillet.

 

Par Laurent Tarquinj – Fondateur et Gérant de Primederisque.com – Juillet 2016

 

Le TEC 10 : Taux de l’Échéance Constante à 10 ans. Il représente le taux de rendement actuariel d’une OAT fictive d’échéance exactement égale à 10 ans. Le TEC 10 est obtenu quotidiennement par interpolation des taux sur le marché secondaire des OAT encadrant une maturité exacte de 10 ans. En évaluation, le TEC 10 est utilisé comme taux sans risque dans la constitution du coût moyen pondéré du capital servant de taux d’actualisation pour la méthode de l’actualisation des flux de trésorerie.